Dernières statistiques sur l’état de l’épidémie de sida

En 2016, il y avait 36,7 millions [de personnes vivant avec le VIH,

 

STATISTIQUES MONDIALES SUR LE VIH

  • 20,9 millions de personnes avaient accès au traitement antirétroviral en juin 2017,
  • 36,7 millions de personnes dans le monde vivant avec le VIH en 2016,
  • 1,8 million de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH en 2016,
  • 1 million de personnes sont mortes de maladies liées au sida en 2016,
  • 76,1 millions de personnes ont été infectées par le VIH depuis le début de l’épidémie,
  • 35,0 millions  de personnes décédées de suite de maladies liées au sida depuis le début de l’épidémie

Personnes vivant avec le VIH ayant accès à un traitement antirétroviral

  • En juin 2017, 20,9 millions [18,4 millions - 21,7 millions] de personnes vivant avec le VIH accédaient à un traitement antirétroviral, contre 17,1 millions [15,1 millions - 17,8 millions] en 2015 et 7,7 millions [6,8 millions - 8,0 millions] en 2010,
  • En 2016, environ 53 % [39 - 65 %] de toutes les personnes vivant avec le VIH avaient accès au traitement,
    • Quelques 54 % [40 - 65 %] des adultes âgés de 15 ans et plus vivant avec le VIH avaient accès au traitement, mais seulement 43 % [30 - 54 %] des enfants âgés de 0 à 14 ans en avaient accès,
  • En 2016, environ 76 % [60 - 88 %] des femmes enceintes vivant avec le VIH avaient accès à des médicaments antirétroviraux pour prévenir la transmission du VIH à leurs bébés,

Nouvelles infections par le VIH

Selon un rapport de l’Onusida, en 2017, 1,8 million de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH dans le monde en 2016, contre 2,1 millions en 2015.
Le nouveau  rapport d’Onusida dressant l’état des lieux de l’épidémie due au VIH pour l’année 2016 apporte de bonnes nouvelles qui encouragent à redoubler d’efforts. Il témoigne néanmoins d’une situation préoccupante en Afrique de l’Ouest et centrale et au Moyen-Orient/Afrique du Nord, et très alarmante en Europe de l’Est et en Asie centrale. Les décès liés au sida ont plus que doublé entre 2000 et 2010 en Egypte, en Iran, au Koweit, au Maroc, au Soudan, en Tunisie et au Yémen. Cela s’expliquerait, selon l’Onusida, par une hausse du nombre de nouveaux cas dans certains pays et par un accès limité aux traitements dans d’autres.

La situation en Afrique de l’Ouest et centrale, qui compte 6,1 millions de personnes vivant avec le VIH, dont 56 % de femmes, préoccupe également l’Onusida. Depuis 2010, les nouvelles infections n’y ont diminué que de 9 %, contre − 29 % en Afrique orientale et australe, qui, elle, abrite 19,4 millions d’individus séropositifs.

De même la baisse du nombre des décès depuis 2010 est moins importante qu’en Afrique orientale et australe : − 21 % contre − 42 %. Quant au taux de personnes vivant avec le VIH sous traitement, le retard est également notable : 35 % contre 67 %.

 

  • Dans le monde entier, 1,8 million [1,6 million - 2,1 millions] de personnes ont été infectées par le VIH en 2016,
  • Depuis 2010, les nouvelles infections par le VIH chez les adultes ont diminué d’environ 11 %, passant de 1,9 million [1,6 million - 2,1 millions] à 1,7 million [1,4 million de 1,9 million] en 2016,
  • Les nouvelles infections par le VIH chez les enfants ont diminué de 47 % depuis 2010, de 300 000 [230 000 - 370 000] en 2010 à 160 000 [100 000 - 220 000] en 2016,

Décès liés au sida

  • Les décès liés au SIDA ont diminué de 48 % depuis le niveau le plus élevé de 2005,
    • En 2016, 1 millions de personnes [830 000 - 1,2 million] sont mortes de suite des maladies liées au sida dans le monde, contre 1,9 million [1,7 million 2,2 millions] en 2005 et 1,5 million [1,3 million - 1,7 million] en 2010,

 

Pour enrayer la progression de la maladie au niveau mondial, seul un vaccin est envisageable, car cette approche thérapeutique serait moins onéreuse et ne nécessiterait plus de traitement journalier.