Programmes TAT – Vaccin VIH

Biosantech Logo

La protéine « TAT »

La voie de recherche de BIOSANTECH pour lutter contre le virus du sida est axée autour de la protéine « Tat »comme cible du vaccin car elle est

sécrétée de manière très précoce après l’infection par le virus et la « Tat extra cellulaires » est suspectée d’être la cause de l’effondrement de l’immunité cellulaire et du maintien des cellules réservoirs produisant le virus.

La protéine « Tat » est présente dans tous les types et sous types de VIH-1 présents sur les différents continents, son rôle est au niveau extracellulaire en empêchant l’élimination des cellules réservoirs par les cellules cytoxyques du système immunitaire (CAMPBELL & LORET 2009). Il a été montré dans des études cliniques, qu’il y avait une corrélation chez des patients entre la non progression vers le sida et la présence d’une réponse immunitaire contre « Tat ». La question importante est de comprendre pourquoi uniquement une minorité de patient développe une réponse anti-Tat efficace, permettant de devenir non-progresseur. Il semble que « Tat » possède des analogies de séquences avec des protéines humaines en particulier « la  protamine » (RODMANN et Al.1993) ce qui empêche le système immunitaire de se défendre contre le virus lors de l’infection.

Une étude menée en 1989, sur une cohorte gabonaise de patients exposés au VIH-1 a montré que  23 gabonaises infectées sur 25, ont résisté au VIH-1 grâce à un variant « Tat » spécifique à cette région très immunogène. Cette souche du VIH- 1 spécifique appelée VHI-Oyi a montré que la seule différence avec le VIH classique était une mutation sur le gène « Tat ».

En lire +

Laisser un commentaire