Actu

Un espoir raisonnable de guérir du SIDA (communication Berlin 2017)

 

Résultat de recherche d'images pour "image sida"

Après l’essai clinique qui s’est déroulé à Marseille jusqu’en 2014, la publication scientifique dans le journal Retrovirology en 2016, prouverait que trois injections de 33 µg de Tat Oyi alliées à une trithérapie pendant plusieurs mois pourraient suffirent à maintenir un ADN viral indétectable pendant plusieurs années, ce qui montrerait une diminution des réservoirs viraux où restent stockés à l’abri de la trithérapie les cellules infectées par le VIH. Cette constatation est la même que celle de l’abstract de l’article de Retrovirology que le vaccin Tat Oyi en association d’un traitement de trithérapie permet de contrôler le réservoir des cellules infectées, la piste qui selon la communauté internationale est la seule à amener à une guérison.

La Tat Oyi est le premier vaccin a démontrer son efficacité dans le contexte de l’interruption du traitement trithérapie en maintenant une charge virale indétectable durant 2 mois sans trithérapie. Plus de 166 vaccins ont été testés et plus 2 milliards ont été investis sans jamais avoir obtenu ce résultat.

La publication de Retrovirology montre que l’immunité anti-tat peut lutter contre la charge virale du VIH et que la réponse anti-tat Oyi aiderait à abaisser l’ADN du VIH. Le maintien du rebond virémique est lié à la réponse immunitaire contre tat et empêcher la capacité de la tat extra-cellulaire d’activer les cellules infectées latentes dans les réservoirs cellulaires infectés.

La conclusion de la publication montre que la Tat Oyi est le premier vaccin thérapeutique à démontrer une certaine réussite en ce qui concerne à la fois un effet sur la charge virale du VIH et sur son ADN. Le vaccin semble réduire durablement l’ADN du VIH et potentiellement le nombre de cellules infectées par le VIH dans l’organisme.

Le crowdfunding émerge en France

  Interview de Corinne Treger en page 3

page 1

page 1

page 2

page 2

page 3

page 3

Le portrait chinois de Dominique Fache

Chaque semaine, L’Usine Digitale dresse le portrait chinois d’une personnalité de l’industrie ou du numérique. Aujourd’hui, Dominique Fache, qui vient de claquer la porte de la fondation Sophia Antipolis et dirige Enel Russie, se prête au jeu en 13 questions.

L’Usine Digitale – Si vous étiez une connexion, vous seriez… ?
Dominique Fache – Wifi pour le côté sans fil western union.

Si vous étiez un site web, vous seriez… ?
Le site web du Palazzo pubblico de Sienne (édifice public emblématique de la ville italienne, ndlr) pour la série de fresques « Les Effets du bon et du mauvais gouvernement » par Ambrogio Lorenzetti qui y est reproduite. Tout est dit!

Si vous étiez une appli, vous seriez… ?
L’application du musée de l’Ermitage, bien que j’habite à 300 mètres.

Si vous étiez un système d’exploitation, vous seriez… ?
Linux, ce n’est pas très original, mais ce système d’exploitation constitue une sérieuse brèche dans le conformisme des business models.

Si vous étiez une start-up, vous seriez… ?
La start-up Biosantech à Sophia Antipolis (la Silicon Valley du sud de la France, ndlr), qui travaille sur un vaccin contre le virus du Sida.

Lire la suite

HIV research : Cancer drug breakthrough in « kicking » disease out of hiding place

Meanwhile, Corinne Treger, the chief executive of French pharmaceutical company Biosantech, said a phase two trial of a therapeutic vaccine to treat HIV, not prevent it, was showing some positive results.

If the experimental vaccine, known as « Tat Oyi », is proved to be safe and effective, she said people with HIV could receive several injections to control their virus permanently instead of taking antiretroviral treatment, which can have side effects and cost thousands of dollars a year.

Lire la suite

Essais sur l’homme

Cliquez sur l’article pour le lire

article biosantech

Biosantech est présent au congrès ISHEID

stand

Santé. VIH, un nouvel espoir

Il ne permettra pas de guérir du sida mais évitera d’en mourir. C’est la promesse de la société française Biosantech, qui teste actuellement un vaccin thérapeutique contre le VIH. A ce jour, c’est l’une des pistes les plus avancées au monde.

Lire la suite

Financement participatif : Une start-up ouvre son capital pour financer un vaccin contre le sida

La société Biosantech, créée en 2011, lance une campagne de crowdfunding pour financer un vaccin thérapeutique contre le sida. La société est partenaire de la plateforme de financement participatif bordelaise « Happy Capital ».

Lire la suite

Vaccin contre le Sida: le pari de Biosantech qui prend tout le monde de court

Pourra-t-on un jour guérir du Sida? Biosantech y croit. La petite société française mène les tests les plus avancés à l’heure actuelle dans le monde, pour mettre au point un vaccin thérapeutique. Mais fait figure d’Ovni dans le monde de la recherche.

C’est la piste la plus avancée de vaccin contre le VIH à l’heure actuelle. Présenté lundi en marge de la septième conférence internationale francophone contre le VIH et les hépatites, qui se tenait cette semaine à Montpellier, le projet de la société française Biosantech a fait sensation

Lire la suite

VIH : un vaccin thérapeutique français à l’essai

Un vaccin thérapeutique contre le VIH est à l’essai à l’hôpital de la Conception à Marseille. Un projet de la société Biosantech, qui représente l’une des pistes les plus avancées de vaccin contre le sida à l’heure actuelle, comme il a été présenté lors de la conférence internationale francophone du VIH et les hépatites, qui s’est tenue à Montpellier (27-30 avril 2014). En effet, ce vaccin est en essai clinique de phase 2, c’est-à-dire testé sur des patients séropositifs, afin de valider son efficacité. Depuis septembre 2013, 48 patients séropositifs ont été inclus et répartis en quatre groupes pour recevoir trois injections du vaccin à différentes doses (soit 11, 33 et 99 microgrammes de principe actif) ou un placebo. L’objectif est de déterminer quelle sera la dose la plus efficace. Les résultats seront présentés début 2015. La seconde phase de l’essai de phase 2 sera ensuite étendue à 80 patients afin de vérifier l’absence d’effets secondaires, la production d’anticorps et le niveau de la virémie après deux mois d’arrêt de la trithérapie.

Ce vaccin est thérapeutique, et non préventif. Il s’adresse donc à des patients déjà atteints par le VIH. Il cible la protéine Tat, qui protège les cellules infectées par le VIH d’être attaquées et détruites par le système immunitaire. Le vaccin neutralise cette protéine, ce qui permet ainsi de restaurer l’immunité des patients séropositifs et d’éliminer les cellules infectées par le VIH. Trois injections de vaccin suffiraient à stabiliser l’état d’un patient séropositif. Un protocole qui, en cas de succès, permettrait de diminuer, voire de renoncer aux trithérapies.